Père, mon bien aimé !

Je te vois assis dans ta pièce préférée, celle qui se trouve au milieu du patio. Tout de blanc vêtu, l’aura d’une piété innée t’enveloppe. Tu tiens ton chapelet à la main et tu invoques Dieu. Tu lui demandes son pardon et sa miséricorde, humblement tu lui parles et tu l’implores de te combler de sa clémence. Tu sentais l’heure s’approcher inéluctablement et je t’entendais murmmurer fébrilement une réalité indéniable ´la mort, la mort.. comme pour t’imprégner de ta rencontre prochaine avec le créateur.

 Je venais te rejoindre dans ta retraite paisible et tu me racontais la vie, sa fugacité et sa futilité et je ne comprenais pas beaucoup le sens de tes paroles profondes. Je me les remémore aujourd’hui et une douleur me transperce. Mon cœur vole vers toi et mes yeux pleurent ton absence. 

Je me souviens de chaque parole de chaque proverbe ou dicton, chaque conseil que tu m‘as donné,  lourd de sens. 

Abba la3ziz, tu m’as légué ta foi, ta droiture et ton humilité et je reconnais chaque jour qui passe à quel point tu me manques. Plus les années défilent, plus je sens que je m’approche de toi toujours plus, la distance entre nous s’amoindrie. 

Tu viens me rendre visite dans mes rêves brisés et tu me murmures à l’oreille des paroles apaisantes, des paroles qui viennent de Dieu et qui font fendre ma tristesse, comme soleil sur neige.  

Tu m’as inculquée l’amour et la crainte du tout puissant. Tu m’as expliqué  son unicité et sa miséricorde. C’est toi qui m’a dit que lorsque je me sens perdue, c’est vers lui,  que je dois me tourner. 

Après t’avoir perdu toi et ma mère, j’ai compris que Dieu est éternel et nous transmet ce message de mille manières. Tout ce qu’il nous donne dans cette vie terrestre, aussi précieux qu’il soit, il peut nous le reprendre, y compris les parents.  
Je sais maintenant que tu es un cadeau divin, ainsi que ma mère .

Dieu vous a rappelés à lui pour me dire à moi et à l’humanité entière, de ne remplir nos cœurs, que de dévotion et d’adoration pour lui, l‘Unique qui ne meurt point..

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

1 commentaire sur « Père, mon bien aimé ! »

  1. Ton père et ta mère étaient deux grandes personnalités que je respectais beaucoup
    Que Dieu les accueille en sa sainte miséricorde

Laisser un commentaire