Société en péril

20130805-024112.jpg

Pourquoi nos enfants et nos jeunes (filles ou garçon) ne sont pas à l’abri de prédateurs de tous genres. Les pedophiles, les proxénètes etc..Certes nous sommes un pays touristique et nous désirons développer se secteur. Mais le tourisme a ses règles, qui ne sont pas toujours respectées.
Quand je vais, par exemple, à Marrakech et je vois les cafés remplies de jeunes femmes, dans la fleur de l’âge, assises une cigarette à la main le regard vide et le visage fardée, attendant, attendant une ‘bonne occasion’.
Ça me fond le cœur et je déteste mon incapacité d’agir et de changer cette chose, qui fait honte et qui est tolérée, voir acceptée.
Le même sentiment m’assaille quand je vois nos jeunes enfants passer le plus clair de leur temps dans les rues, faisant la manche vendant des futilités, faisant du gardiennage, accostant les gens en utilisant des mots plus ‘grands qu’eux’.
Nous sommes une proie facile, pour les malades et les commerçants du sexe et de tous genres de vices. Notre société n’est plus à l’abri, car elle abandonne ses enfants et ses jeunes et les donne en pâture aux prédateurs. هذا منكر علينا جميعا ان نغيره.

Nos enfants sont l’avenir de notre pays et nous sommes en train de les détruire, en les poussant vers l’abus, le mal sous toutes ses couleurs. La pédophilie, la prostitution, la mendicité etc.. Toutes ces choses gangrènent notre pays et nous les regardons et les voyons comme une sorte de fatalité.
Non, ce ne sont pas des fatalités, c’est le résultat de la négligence et de l’indifférence.
Mettons fin à ces tares sociales, en dénonçant ces crimes et criant haut et fort que le Maroc a besoin de ses enfants pour aider à le construire. Ses enfants sont la richesse de son avenir et si on les détruit par des maux telle que la pédophilie, ou la prostitution, nous ne récolterons qu’un pays malade, précaire, fragile sans avenir.
Notre société devrait se réveiller de sa torpeur, les parents devraient mieux éduquer leur progéniture et la préparer à affronter le danger d’un monde plein de prédateurs de tous genres. L’indifférence tue, l’argent détruit la morale, il annihile l’être humain.
Notre société est devenue esclave de l’argent et des richesses matérielles, beaucoup sont prêts à tout pour l’argent, ils peuvent aller jusqu’à vendre leur enfants et les encourager dans la voie du mal et de la débauche.
Nous faisons la politique de l’autruche et nous refusons de voir en face, notre triste réalité, nous faisons comme si ça n’arrive qu’aux autres.
Non c’est bien chez nous que les mœurs se dégradent de jour en jour, c’est bien nos filles qui vont se prostituer à l’étranger, ( il parait plus de 25000 dans les pays du Golf) c’est bien nos enfants qui font la manche partout dans les rues et les avenues de nos villes. C’est bien nos familles qui se désintègrent et éclatent.
Une société malade, malade de sa jeunesse de ses enfants, de ses femmes, une maladie chronique qui ne trouve pas de remède. L’indifférence des uns et des autres, des responsables, la proliférations de tous genres de mafias, mine depuis des années notre environnements social. Le besoin chronique dont lequel se débattent une grande partie de nos concitoyens, seuls abandonnés de tous. L’état, la société, nous sommes tous coupables nous encourageons par notre indifférence nos concitoyens, nous les poussons, consciemment ou inconsciemment vers des sentiers dangereux.
Des chemins qu’une fois qu’on les emprunte ne mènent que dans le gouffre ‘le non retour’. Réveillons-nous aidons notre prochain, luttons ensemble contre toute forme d’injustice sociale, partageons et barrons la route à tous ces maux qui pervertissent notre société.
La solidarité et l’entraide sont les clés de voûte d’une société solide. C’est grâce à elles que nous pouvons renaître, que nous pouvons sauver notre dignité, nous sommes tous concernés par les souffrances de notre société, si nous voulons être de bons citoyens responsables et solidaires, mettons la main à la pâte et travaillons, pour sauver la génération actuelle et préparer le terrain à celle qui vient.
Le peuple manifeste contre la libération d’un pédophile, c’est louable comme action. Continuons sur ce chemin et manifestons contre toutes les inconduites sociales.
Il n’y a pas que ce pédophile! Il y a un tât d’autres qui circulent librement, noyés dans l’anonymat. Dénonçons les!!
Que font donc nos partis politiques sensés encadrer la société, ils sont quasiment absents dans tous les secteurs sociaux, certes il y a des associations de bienfaisance qui ont fait de très bonnes actions. Mais les politiques que font-ils ? Ils se battent entre eux, et nous prennent pour des idiots Ou est le peuple, dans leur action politique? Fait-il parti de leur projets d’avenir?
Je ne vois pas, je vois que de ‘grosses gueules’ qui se lancent des insultes et qui cherchent noise les uns aux autres. Toute cette force et cette énergie qu’ils mettent à se ‘chamailler’ qu’ils la mettent à aider le peuple à sortir de l’engrenage de l’ignorance et la misère.
Nous n’avons pas besoin de ces partis qui ne pensent qu’à se faire une place au soleil, nous voulons des hommes et des femmes engagés qui travaillent pour nous, pour notre société en péril.
Constituer des ‘Koutlas’ pour détruire d’autres forces politiques, ne nous intéressent pas. Nous citoyens marocains voudrions que des ligues se constituent pour nous éduquer, nous apprendre ce qu’est l’éthique الأخلاق, ce qu’est l’abnégation et l’engagement dans le travail.
Nous avons une base solide qui est notre foi, l’islam, cette foi n’est pas une sorte d’exhibition, elle est beaucoup plus que ça, elle est une manière de vivre. Elle est la sagesse qui nous aide à évoluer.
Je suis une grande patriote qui désire voir son pays avancer dans le bon chemin, je veux être libre dans mon pays, de sortir dans la rue et d’avoir confiance en nos lois et en notre sécurité. Je ne veux pas être harcelée et sollicitée. Je veux marcher dans la rue la tête haute, sans avoir peur d’être attaquée.
Je veux m’assoir dans un café et voir des jeunes et moins jeunes assis, tout au tour. Profitant du beau temps ou du beau paysage. Ou sirotons tout simplement un bon cafe et lisant un journal.
Je ne veux pas voir nos jeunes filles se prostituer pour s’acheter un beau sac de marque, ou une belle pair de chaussure. Je ne veux pas voir des étrangers aborder nos jeunes filles, qui s’y prêtent bien, dans le Morocco mall, leur demandant leur coordonnées. Ne me dites pas que c’est la pauvreté la cause, non, non et non.
C’est le manque de dignité, le manque d’éducation, d’éthique et l’amour inconditionnel de l’argent …

En cette nuit sacrée, je prie Dieu de nous sauver de nous même et de nous donner la force de lutter contre le mal sous toutes ses formes.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

6 commentaires sur « Société en péril »

  1. في كل مرة أقرأ مقالا تك إلا وأشعرأنك تشفين غليلي كما أشعر بتجاوب كبير مع تفكيرك السليم الذي هو لسان حالي!فدومي لأخت التي تحبك وتفتخر بك أيما افتخار!

    Envoyé de mon iPhone

  2. Merci Fati pour ton engagement vis à vis de toutes les questions qui touchent notre société, merci pour ta témérité et bravo de dire toujours tout haut ce que beaucoup de marocains pensent tout bas.
    Ton écrit a remué en moi moult sentiments, de regrets, de honte et de rage de constater les méfaits de tous les dérapages sociaux évoqués sur une grande frange de la société marocaine, particulièrement les jeunes,voire des enfants.
    Pourquoi dit on toujours qu’au Maroc tout se paie et s’achète.
    Il faut refuser ce constat d’échec et ne pas rester impuissant face à une situation qui ne cesse de s’aggraver et de se banaliser.
    Oui. Nous sômmes tous résponsables de cette situation et il nous appartient, en tant que citoyens, de réagir, de faire quelque chose. Le meilleur exemple de mobilisation de la société marocaine est celui vécu ces derniers jours autour de l’affaire du pédophile espagnol.

    1. Merci Saida pour ton commentaire, ça me donne encore plus de force et de courage de continuer et de dénoncer, selon mes possibilités, tous ces crimes commis contre notre jeunesse et notre enfance. Et qui passent souvent sous silence.

Laisser un commentaire