Taxi Algharam

IMG_0057Une certaine nostalgie m’envahit, en pensant à la vieille chanson de ‘Taxi Algharam’ ou ‘Taxi de l’amour’, j’y ai pensé, car j’ai pris un taxi aujourd’hui et je voulais vite en descendre, car j’étouffais. Le véhicule sale, coussins ‘déglingues’, radio à fond, la fumée de la cigarette que le digne chauffeur de ce taxi tenait au bec. Le tout vous prend à la gorge et vous repensez avec nostalgie au bon vieux temps, lorsque le Taxi était très propre, le chauffeur aimable et maîtrisait toute la carte de la ville.

On n’avait pas à lui fournir de détails sur notre destination, il s’arrêtait quand on le hélait. Ne nous fais pas signe qu’il va dans une autre direction, que la nôtre, ne nous demande pas où nous allons avant de nous permettre de monter. Il était à notre service et nous emmenait à l’adresse qu’on lui indique sans aucun problème. Il ne nous disait jamais ‘non je ne vais pas dans cette direction’.

C’est terrible ce que le citoyen doit subir comme stress avec le transport urbain. Des taxis qui n’en font qu’à leur tête, des bus pleins à craquer crasseux, de vraies ferrailles parfois. Le citoyen est livré à lui-même. S’il veut être transporté, il doit ‘se tirer d’affaire’ tout seul contre ce ‘beau’ monde.

C’est catastrophique.

A Marrakech on dit ‘Daxi’ pour ‘taxi’ à mon avis, ça vient du mot ‘dakess’ je suppose, c’est à dire entasse, fourre-tout. Enfin j’invente c’est une question de prononciation, mais je ne peux m’empêcher de penser au bétail, quand je vois la manière de traiter le citoyen dans nos moyens de transport. Le grand taxi prend 7 personnes, il n’y a aucune assurance pour un véhicule qui a fait ‘exploser’ la visite technique plus d’une fois et qui transporte six passagers plus chauffeur. Le pire c’est qu’il y a maintenant les motos-taxis eux aussi transportent les gens, sans numéro minéralogique, sans assurance, rien de rien. Les gens tellement contents d’économiser un dirham se jettent tête baissée sur ce genre de transport, dans l’inconscience totale.

A quand la reforme de ce secteur vital, dont on ne cesse de parler qui ne vient pas????

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

Laisser un commentaire