Casablanca : la gouvernance en cause dans les retards du Plan de développement 2015-2020

par Fati's Blog

    Ce formulaire utilise Akismet pour réduire le courrier indésirable. Découvrez comment vos données sont traitées.

    A fin 2020, les projets relatifs à 8 conventions spécifiques seulement sur les 54 du Plan de développement du Grand Casablanca pour la période 2015-2020 ont été achevés, selon la Cour des comptes. 

    Dans un rapport publié lundi 14 mars, la Cour des comptes a émis ses observations concernant la préparation et l’exécution du plan de développement de la région du Grand Casablanca 2015-2020 (PDGC). Celui-ci avait fait l’objet de 10 conventions-cadres, signées le 26 septembre 2014. Elles ont donné lieu, par la suite, à 54 conventions spécifiques, 13 avenants et plusieurs conventions de maîtrise d’ouvrage déléguée.

    A fin janvier 2020, le montant mobilisé pour ce plan avait atteint 27,3 milliards de dirhams, soit 80% du budget global qui lui est alloué – lequel s’élève à 33,6 milliards de dirhams. Le ministère de l’Intérieur et les collectivités territoriales y ont contribué à hauteur de 6 milliards de dirhams chacun, contre 6,4 milliards de dirhams pour le Fonds d’appui aux réformes du transport urbain et interurbain. Le plan a aussi bénéficié d’un emprunt de 5,25 milliards de dirhams dans le cadre de la convention-cadre concernant la modernisation de la mobilité.

    Casablanca : la gouvernance en cause dans les retards du Plan de développement 2015-2020

    Print Friendly, PDF & Email

    Laissez un commentaire