Le ‘Healing’

 photos Ipad Fati 780Healing veut dire guérison. Dans ce contexte je voudrais parler de guérison naturelle qui est de plus en plus recherchée, par l’être humain, otage de produits chimiques hautement nocifs. Certes nous n’avons pas le choix devant des maladies chroniques, graves, devant des infections et des tumeurs, bénignes ou malignes, la seule issue c’est le traitement médical, ou chirurgical adéquat.

Toutefois le médicament est devenu à notre époque un compagnon dont on ne se sépare jamais. Il s’est incrusté dans nos vies de manière si insidieuse que s’en passer est au jour d’aujourd’hui, pratiquement irréalisable. Une fois, pris dans son engrenage on est asservi à jamais, sauf miracle, c’est-à-dire une volonté de fer.

On ne supporte plus la moindre douleur, ou le moindre inconfort, on se jette sur les remèdes chimiques, avec une confiance aveugle. On guérit le mal par le mal. Cela dit, je ne veux en aucun cas minimiser le rôle des médicaments. Ils sont très souvent nécessaires, voir indispensables, pour le traitement de maladies pathologiques.

Ce que je déplore c’est que même les maladies de ‘l’âme’ sont traitées de la même manière, des calmants, des somnifères, des antidépresseurs, etc.. Tous ces remèdes sont destinés à refouler le malaise, et non pas le guérir. À force de juguler ce mal, il s’enfonce dans le fin fond de l’être humain et devient de plus en plus inaccessible à ces remèdes classiques. Autrement dit en étouffant, cette souffrance, on la rend plus coriace et  on se retrouve, à avaler des doses plus importantes du remède chimique, ça devient  un cercle vicieux duquel on ne peut échapper.

Souvent je me pose la question, le mot dépression est-il réel? Ou n’est-il qu’un moyen pour asservir une grande partie des êtres humains, à notre époque? L’industrie pharmaceutique ‘se sucre’ à nos dépens. Les traitements de la ‘dépression’ se démodent aussi, comme les habits, les smartphones, les voitures, etc.. Les antidépresseurs deviennent plus puissants, plus complexes surtout plus toxiques. Notre société de consommation veille à nous rendre dépendants à tous les niveaux. La volonté nous manque souvent pour résister et chercher la guérison au fond de nous, ou par des moyens plus doux.

Le ‘Healing’ ou la médecine douce est aussi très ‘in’. On assiste à son développement, comme alternative à la chimie. La méthode asiatique est très prisée. Les Chinois ont développé dans le passé plusieurs méthodes naturelles de guérison. Les Japonais, les Coréens, les hindous. Ces méthodes ne voient pas l’être humain comme une sorte de machine, elles le sondent, jusqu’à l’âme, en utilisant des moyens simples.

Le Sujok est un traitement coréen, qui s’appuie sur les pieds et les mains, car dans ces deux parties du corps, sont reproduits tous nos organes vitaux. Un doigt ou un orteil peut représenter tout notre organisme. Une fois qu’on maitrise cet art, on peut traiter le mal en allant directement à l’organe concerné.

Le Rikei une méthode japonaise, fondée sur l’utilisation des mains pour apporter calme et bien-être. Un traitement énergisant, qui va chercher le malaise au fond de l’être humain pour le chasser, grâce à de douces pressions.

Ces méthodes ne sont pas nouvelles, loin de là. Elles existent depuis longtemps dans leur pays d’origine, mais elles commencent à peine à atteindre le monde occidental. Elles ne sont pas reconnues scientifiquement, pourtant beaucoup de médecins commencent à les proposer à leurs patients et à les introduire dans leurs consultations. Cette médecine douce, qui traite le mal-être commence à prendre une place prépondérante dans notre société. Elle a de plus en plus d’adeptes, car elle n’implique aucun risque pour le patient. Guérir l’âme en allant  ‘fourrager’ dans ses parois les plus secrètes, pour chasser, un passé pesant, un problème qui remonte à une enfance malheureuse, un traumatisme accablant, un deuil, etc..

Cependant il reste à souligner une chose importante qui aide dans l’adoption de ces méthodes douces, c’est la volonté ancrée en nous, c’est la prise de conscience que nous devons développer, afin que cette médecine douce puisse nous aider efficacement à sortir du tunnel.

  

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

Laisser un commentaire