Casablanca: Mettrons-nous jamais, le Holà à La mendicité?

Casablanca: Mettrons-nous jamais, le holà à la mendicité ?

La mendicité s’aggrave dans notre ville.  Nombreuses sont ces mains qui se tendent pour avoir l’aumône dans nos rues, nos marchés, nos mosquées, au milieu même de la circulation. Le harcèlement quotidien que subissent les casablancais est intolérable. Certes nous vivons une période de crise et les temps sont très difficiles, mais ce n’est pas une raison..

Ce phénomène est devenu monnaie courante, une habitude qui s’est installée, les casablancais doivent s’y soumettre. Où se situe le rôle de l’état dans tout cela ? Ne devrait-il pas protéger les citoyens de cette invasion quasi permanente. Nous devons nous entraider, mais au Maroc chaque famille entretien déjà plusieurs autres familles démunies de son entourage. 

Un vieux Monsieur, qui demande de l’aumône 

Sortir faire ses courses suppose, affronter le nombre incroyable de mendiants, qui se ruent sur nous ? Des hommes jeunes et vieux, des femmes, ou enceintes, ou portant un nouveau né, des vieilles femmes, des enfants des subsahariens, une grande diversité et un nombre en constante croissance. Sans parler des pseudo-gardiens qui sont devenus une partie intégrante du décor urbain. Les payer est devenu une règle  incontournable, c’est à nos risques et périls si on décide de les ignorer, un autre genre de mendicité, encouragée et tolérée par la ville. Ces gens ont réellement fini par croire dur comme fer, qu’ils sont dans leur droit.      

Mais jusqu’à quand allons-nous continuer à fermer l’œil sur ces comportements indignes, sur ce manque d’éthique et de morale? 

L’état doit prendre ses responsabilités aussi et protéger le citoyen de l’assaut qu’il subi chaque fois qu’ils met le nez dehors. Il doit y avoir des lois qui empêchent ces agissements? Mais les autorités choisissent de ne pas les appliquer et nous livrent à cette curée quotidienne. 

La mendicité n’est pas une fatalité c’est un choix, vu sa facilité. Je refuse de croire que tous ceux qui font la manche dans la rue sont démunis. Il y a ceux qui sont organisés dans des mafias, il y a les subsahariens qu’on encourage à venir et auxquels on ne réserve aucune couverture sociale. Est-ce mieux qu’ils fassent la manche chez nous plutôt qu’ils ne la fassent chez eux ? S’ils traversent notre pays pour partir en Europe et cette dernière ne veut pas d’eux, car elle n’a pas de travail à leur offrir non plus. Le Maroc doit jouer le policier, pour les empêcher de traverser vers cette Europe, qu’ils vénèrent et du coup ils se retrouvent coincés au Maroc sans ressources, sans perspective. Des jeunes forts en en santé tendent la main aux automobilistes, quand on leur dit d’aller chercher du travail, ils répondent qu’ils ne sont là que de passage, qu’il comptent partir en Europe. Ces gens doivent comprendre que l’Europe n’est pas l’Eldorado, dont ils rêvent.  

Le Maroc devrait créer des cellules d’encadrement pour ces jeunes immigrés, qui vivent dans l’illusion, les pousser à s’intégrer, retrousser leurs manches et aller travailler pour manger. 

L’idée du travail ne leur frôle pas l’esprit, ils sont convaincus que faire la manche et bcp plus lucratif, parfois je vois toute une famille (la femme enceinte et l’homme porte un autre enfant dans ses bras)  tout ça est indigne !!!

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

Laisser un commentaire