Casablanca, hôpital Ibn Rochd

20130329-150500.jpg

Ce matin j’avais rendez-vous à l’hôpital Ibn Rochd, cela fait plus de vingt ans que je n’ai pas mis les pieds dans ce quartier. Ma surprise était grande, quand j’ai essayé de garer ma voiture, il n’y avait pas de place. Un branle le bat le combat régnait dans les alentours. Le commerce de ‘Sikouk’ de jus et plein d’autres choses. Les gens s’amassaient devant les deux portes d’accès de l’hôpital et essayaient de convaincre le gardien de les laisser entrer. Ce dernier était visiblement stressé, il vociférait et gesticulait dans tous les sens. Il envoyait les uns à une porte et interdisait carrément à d’autres l’accès. Je n’ai pas compris ce que voulaient tous ces gens qui semblaient en détresse et essayaient en vain d’accéder à l’hôpital.
Ce n’était pas la porte de l’urgence, c’était la porte principale et celle de l’enregistrement au ‘RAMEED’ je voyait des femmes crier en tendant des bouts de papiers blancs (sorte d’ordonnance) au gardien, d’autres qui voulaient entrer à deux ou à trois. Il y avait une femme qui s’est mise à crier et à se trainer sur le sol, simulant une crise de nerf.
Moi j’avais mon RV au pavillon 28, je n’avais pas eu à être rabrouée par les gardiens, au comble de la colère.
Mais je me suis posée la question, pourquoi les choses doivent-elles se passer chez-nous de cette manière? Qu’elle est la raison de tout ce désordre et cette pagaille ? Ne pouvons nous pas, nous comporter humainement et civilement, les uns envers les autres?
Si l’accès à l’hôpital est interdit, alors il faut le signifier clairement, mais qu’est ce que je raconte? C’est bien ça le problème, on a beau expliquer ça ne sert à rien, les gens n’admettent pas. C’est comme les spots, qu’on passe à la télévision pour lutter contre les accidents de la route, personne ne se sent vraiment concerné.
Les personnes hospitalisée reçoivent plusieurs visites pendant la journée. Ces nombreuses visites engendrent un fouillis inimaginable, en plus des détritus, du bruit, etc…
Je comprends qu’on veuille organiser l’accès à l’hôpital, mais il est aussi primordial de traiter les gens avec moins d’agressivité en les aidant, en leur expliquant et ne pas contribuer encore plus à leur misère et leur désarroi.
Casablanca a besoin de trois ou quatre hôpitaux de la dimension de Ibn Roch, le nombre d’habitants est beaucoup trop important, pour être traité dans un seul CHU.
Le Maroc marche au rythme d’une conjoncture assez rude déjà, l’organisation a aussi son rôle a jouer. Si elle est bien instaurée et bien respectée, on s’en sortirait beaucoup mieux avec les moyens dans nous disposons. Le secret est dans l’éducation, l’initiation au civisme, l’apprentissage de la vie publique organisée, le respect et l’amour du prochain. Inculquer aux gens le sens du comportement citoyen, responsable, sinon nous nous n’arriverons pas.. فاقد الشيئ لا يعطيه

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

2 commentaires sur « Casablanca, hôpital Ibn Rochd »

  1. Fati je me releve d un conge maladie ,je souffrais de vertiges pendant plus de 15jours je reprends un rythme normal mais jusque la c etait dur je crois t en avoir touche un mot j ai bien aime ton article tu te fais plaisir en disant haut ce que les autres pensent tt bas jai bien aime on en reparlera car la il se fait tard et je te souhaite un bon dimanche ….Je te laisse et te ds a bientot bise latifa

  2. Désolée de réagir avec du retard, Mais les sujets que tu évoques, Faty nous interpellent tous à plus d’un titre. Ils interpellent la conscience du marocain en général quant à l’application des lois et réglements. Nos textes juridiques et nos décisions administratives s’appliquent, parfois pour me pas dire souvent, à la tête du client. C’est pour cette raison que certains citoyens insistent pour avoir des passé droits. Ils savent

Laisser un commentaire