Casablanca: la qualité de l’environnement urbain insuffisante dans 10 communes (étude)

par Fati's Blog

    Ce formulaire utilise Akismet pour réduire le courrier indésirable. Découvrez comment vos données sont traitées.

    Dans une étude intitulée « Evaluation de la qualité de l’environnement urbain: une étude de cas à Casablanca, Maroc », des chercheurs de l’université Mohammed VI Polytechnique et de la faculté des Sciences de Aïn Chock-Hassan II, ont montré que la qualité de l’environnement est insuffisante dans plus de la moitié des communes de la zone d’étude qui ne constituent que 25 % du territoire urbain.

    En 2018, 55,3 % de la population mondiale vivait dans des zones urbaines, une proportion qui devrait passer à 60 % d’ici 2030 selon les Nations Unies. Actuellement, plus de 50 % de la population vit dans des zones urbaines en Afrique. Au Maroc, ce taux s’élève à 60 % contre 35 % en 1970 et en 2050, près des trois quarts de la population vivront en ville, rapporte cette étude menée par des chercheurs des universités Mohammed VI et Hassan II.

    Cette recherche présente une méthodologie d’évaluation de la Qualité Environnementale Urbaine (UEQ) au niveau communal de la ville de Casablanca et ses 17 communes, basée sur l’intégration de cinq indicateurs environnementaux issus de la télédétection.

    Ces critères sont liés à l’indice de surface imperméable (en béton); de l’eau; de végétation, de construction et d’espaces verts/parcs. Les valeurs UEQI ont été spatialement cartographiées en trois classes: médiocre (valeurs UEQI entre 0 et 0,33), modérée (0,34 – 0,67) et bonne (0,68 – 1). Ainsi, les résultats obtenus à partir de l’analyse ont montré une différence significative des valeurs UEQI entre les communes, révèle l’étude.

    Casablanca: la qualité de l’environnement urbain insuffisante dans 10 communes (étude)

    Print Friendly, PDF & Email

    Laissez un commentaire